www.ferme-des-tourelles.net - Nos CHEVRES ALPINES

www.ferme-des-tourelles.net  -  Nos CHEVRES ALPINES

"Les sept chèvres"

 

"Les sept chèvres"

 

 

« — Mais, ami Sancho, interrompit la duchesse, prenez garde à ce que vous dites. À ce qu'il paraît, vous n'avez pas vu la terre, mais les hommes qui marchaient dessus ; car si la terre vous parut comme un grain de moutarde, et chaque homme comme une noisette, il est clair qu'un seul homme aurait couvert toute la terre.

C'est vrai, répondit Sancho ; mais, avec tout cela, je l'ai aperçue par un petit coin, et je l'ai vue tout entière.

Prenez garde, Sancho, reprit la duchesse, que par un petit coin, on ne peut voir l'ensemble de la chose qu'on regarde.

Je n'entends rien à ces finesses-là, répliqua Sancho, tout ce que je sais, c'est que Votre Grâce doit comprendre que, puisque nous volions par enchantement, par enchantement aussi j'ai pu voir toute la terre et tous les hommes, de quelque façon que je les eusse regardés ; si vous ne croyez pas cela, Votre Grâce ne croira pas davantage qu'en me découvrant les yeux du côté des sourcils, je me vis si près du ciel, qu'il n'y avait pas de lui à moi plus d'un palme et demi, et, ce que je puis vous jurer, madame, c'est qu'il est furieusement grand. Il arriva que nous allions du côté où sont les sept chèvres [1], et comme, étant enfant, j'ai été chevrier dans mon pays, je jure Dieu et mon âme que, dès que je les vis, je sentis une si grande envie de causer avec elles un instant, que, si je ne me fusse passé cette fantaisie, je crois que j'en serais crevé. J'arrive donc près d'elles, et qu'est-ce que je fais ? sans rien dire à personne, pas même à mon seigneur, je descends tout bonnement de Clavilègne, et me mets à causer avec les chèvres, qui sont, en vérité, gentilles comme des giroflées et douces comme des fleurs, trois quarts d'heure au moins ; et Clavilègne, tout ce temps, ne bougea pas de place.

Mais, pendant que le bon Sancho s'entretenait avec les chèvres, demanda le duc, à quoi s'entretenait le seigneur don Quichotte ?

Don Quichotte répondit :

Comme tous ces événements se passent hors de l'ordre naturel des choses, il n'est pas étonnant que Sancho dise ce qu'il dit. Quant à moi, je puis dire que je ne me découvris les yeux ni par en haut ni par en bas, et que je ne vis ni le ciel, ni la terre, ni la mer, ni les déserts de sable. J'ai bien senti, il est vrai, que je passais par la région de l'air, et que même je touchais à celle du feu ; mais que nous fussions allés plus loin, je ne le crois pas. En effet, la région du feu étant entre le ciel de la lune et la dernière région de l'air, nous ne pouvions arriver au ciel où sont les sept chèvres dont parle Sancho, sans nous consumer, et, puisque nous ne sommes pas rôtis, ou Sancho ment, ou Sancho rêve.

Je ne rêve ni ne mens, reprit Sancho ; sinon, qu'on me demande le signalement de ces chèvres, et l'on verra bien si je dis ou non la vérité.

Eh bien ! comment sont-elles faites, Sancho ? demanda la duchesse.

Le voici, répondit Sancho ; deux sont vertes, deux rouges, deux bleues, et la dernière bariolée.

C'est une nouvelle espèce de chèvres, dit le duc, et, dans cette région de notre sol, on ne voit pas de semblables couleurs, je veux dire des chèvres de semblables couleurs.

Oh! c'est clair, s'écria Sancho. Pensez donc quelle différence il doit y avoir entre les chèvres du ciel et celles de la terre !

Dites-moi, Sancho, reprit le duc, parmi ces chèvres avez-vous vu quelque bouc ?

Non, seigneur, répondit Sancho ; mais j'ai ouï dire qu'aucun animal à cornes ne passait les cornes de la lune. »

 

Miguel de Cervantes y Saavedra, Don Quichotte de la Manche II (extrait), 1615

(traduction de Louis Viardot)

 

 


 

http://static.blog4ever.com/2010/06/419814/artfichier_419814_1593867_201212245556721.jpg

 



03/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 107 autres membres