www.ferme-des-tourelles.net - Nos CHEVRES ALPINES

www.ferme-des-tourelles.net  -  Nos CHEVRES ALPINES

Mes techniques d'élevage & résultats

  • Mes résultats laitiers :

 

         Adhérente au contrôle laitier de l'Hérault depuis mon installation, cela me permet de connaître les résultats laitier de chacune de mes chèvres (quantité et qualité du lait) et ainsi pouvoir sélectionner et améliorer au fur et à mesure mon troupeau.

 

Une technicienne passe ainsi chaque mois (en alternance sur la traite du matin et du soir) durant toute la durée de la lactation soit 10 fois par an afin de relever la quantité de lait de chaque chèvre ainsi qu'un échantillon de son lait afin de l'analyser et connaître la richesse, les qualités et/ou défaults de celui-ci.

 

Au tarissement (janvier), cette même technicienne repasse afin de faire un bilan technico-économique. Elle couple alors les résultats mensuels de ses relevés avec ceux effectués par la coopérative laitière plusieurs fois par semaine (quantité de lait et analyse de la qualité par un envoi d'échantillon au laboratoire national LIAL). Un résultat fiable est ainsi obtenu dont voici les résultats :

 

 

Gif chèvreLACTATION 2008 (avec des primipares = chèvres de 1 an) :

600 litres/chèvre/an - TB moyen : 43.78 - TP moyen : 33.11

 

 LACTATION 2009 (avec 2/3 de chèvres de 2 ans et 1/3 de chèvres de 1 an)

                1022 litres/chèvre/an - TB moyen : 38.13 - TP moyen 33.73                

  

   LACTATION 2011 >> Voir contrôle laitier Avril 2011 

Ce document relate l'exacte production de lait de chacune de mes chèvres laitières au jour du 7 avril 2011.

 

Petite aide pour savoir lire un contrôle laitier :

 

La première colonne en gras "Nom" indique le numéro de la chèvre.

L'autre colonne en gras "Lait total" indique quant à elle le litrage de la journée.

La colonne "Début Lactation" indique la date de mise bas (certaines chèvres ayant mit bas plus tardivement que d'autres, elles n'ont pas donc pas eu le temps de développer leur litrage).

 

Il faut également prendre en compte l'âge de la chèvre car celle-ci augmentera sa production d'année en année jusqu'à l'âge de 4 ans. Le premier numéro de la chèvre permet de connaître son âge : par exemple 0151 donne l'indication de son année de naissance : 2010. Un autre exemple : 702 --> née en 2007.

 

Ce sont donc des relevés fiables mais pas à 100 % car une chèvre a pu ne pas produire la quantité de lait habituelle pour une raison ou une autre... ce ne sont pas des machines !

 

 

  • Ethique de production :

 

Portrait chèvre dans végétation automnaleProduire mais pas à n'importe quel prix !!! Les critères qui me guident dans mes choix sont le RESPECT de l'animal et de l'environnement, la PASSION ainsi que la recherche de la QUALITE.

 

Le bien-être de mes chèvres est primordial et je mets tout en oeuvre pour leur procurer le maximum de confort dans les conditions de vie et de travail auxquelles il faut faire face... ce qui n'est pas toujours l'idéal (cf. l'album photo et ses commentaires "La ferme et ses alentours").

 

-  Mes chèvres sont élevées en semi-extensif, ce qui signifie que nous les faisons pâturer en semi-liberté sur 160 ha (sous notre surveillance et avec l'aide de nos chiens de troupeau) où elles trouvent une alimentation naturelle. Cependant, elles rentrent la nuit ou par mauvais temps à la chèvrerie. Elles bénéficient également d'un apport supplémentaire de nourriture avec de la ration (céréales, aliment, etc.), de la paille ainsi que du foin lorsque le temps le nécessite.

 Chèvres dans leur enclos

-  Alimentation de qualité en quantité suffisante, la plus naturelle possible (sans OGM)

 

-  Mise à disposition d'un petit enclos attenant à la chèvrerie permettant aux chèvres de rester dehors lorsqu'elles le souhaitent (même au retour du pâturage)

 

-  Respect des besoins et rythmes naturels des chèvres (pas de sevrage hâtif ou de mise à la reproduction précoce, vermifugations, parage des onglons...). L'hiver, lorsque les chèvres ne peuvent pas sortir par mauvais temps, les lampes restent allumées une partie de la journée afin de leur procurer un minimum de lumière.

 

-  Maitient d'un environnement sain dans la mesure du possible (paillage du sol de la chèvrerie plusieurs fois par jour, abreuvoirs propres, pas de surpâturage...)

 

-  Mes chèvres sont traitées en tant qu'individu à part entière, intelligent et sensible ..... et non pas en tant que bétail ! Education minimale (pour se laisser manipuler, obéissance à la voix surtout pour le pâturage en extérieur...) ainsi qu'affection leur sont procurés.

 

 

Chèvres alignées en garrigue        Faisant partie de l'AOC PELARDON, je suis soumise au cahier des charges de celui-ci qui interdit tout productivisme et valorise l'élevage proche du naturel avec entre autre la sortie des chèvres obligatoire 210 jours/an, une alimentation basée sur le parcours ainsi qu'une ration limitée à 400 grammes/litre de lait produit.

--> En 2009 mes chèvres sont sorties 239 jours et ont consommé une ration d'environ 300 grammes par litre de lait produit (confirmé par un contrôle interne du Syndicat des Producteurs de Pélardon).

 

 

  • Conduite du troupeau :

 

         Je suis le protocole anti-CAEV (je ne fais pas de prises de sang afin de confirmer si je suis indemne ou non par souci d'économie), cependant les précautions sont prises afin d'éviter toute contamination éventuelle : les chevreaux sont retirés de la mère après la naissance sans aucun contact et pour ceux que l'on garde (chevrettes de renouvellement et jeunes boucs reproducteurs), ils sont élevés au colostrum et lait en poudre.

 

          A la naissance :
 

- Désinfection du nombril

- Séchage et mise sous lampe infra-rouge

- Prise de colostrum en poudre pour les chevrettes de renouvellement et jeunes boucs reproducteurs / colostrum de la mère pour les autres

- Apport de minéraux essentiels et d'oligo-éléments pour renforcer l'immunité sous forme de gel (à base d'algues)

- Lait en poudre pour les chevrettes de renouvellement et jeunes boucs reproducteurs / lait maternel pour les autres

- Ecornage des chevrettes pour éviter des blessures

   
 

   Les chevrettes :

 

Les chevrettes ne sortent pas au pâturage avant l'âge de 10 mois afin de préserver leur croissance et d'éviter une contamination précoce par un fort parasitisme. Elles ont cependant accès à volonté à un petit enclos.

- Sevrage à 18 kg minimum avec transition 

- Anti-coccidien au sevrage

- Apport éventuel d'argile enrichie sous forme de bloc à lécher

- Nourriture adaptée en fonction de leurs besoins et stades physiologiques (forte croissance, préparation à la reproduction, gestation). Paille (production locale) et foin de crau à volonté + ration et minéraux

- Apport d'un complément alimentaire riche en sélénium, oligo-éléments et vitamines 1 mois avant la reproduction

- Mise à la reproduction pas avant le poids de 30 à 35 kg en saillie naturelle

- Vermifugation à l'âge de 4 et 10 mois

- Taille des onglons 1 à 2 fois entre le sevrage et la mise bas

- Vitamines AD3E à 6 et 10 mois et vitamines plus complètes 1 mois avant mise bas

- Apport éventuel d'oligo-éléments

   
 

   Les boucs :

 

Achetés en extérieur sauf dans de rares exceptions pour éviter toute consanguinité, ils sont toujours issus d'insémination artificielle (Gènes Avenir - meilleures remences) et choisis dans des élevages sérieux. Ils sont achetés à l'âge de quelques jours (avec protocole anti-CAEV) et élevés avec les chevrettes jusqu'au sevrage puis séparés jusqu'à la reproduction pour éviter toute saillie précoce.

   
     Chèvres en lactation :
 

- Alimentation essentiellement trouvée en extérieur (parcours : garrigues, petites prairies)

Paille (récolte locale) tous les matins pour apport de fibres

Foin de crau en petite quantité avant la ration du soir ou à volonté par mauvais temps

Foin de luzerne produit en petite quantité sur la ferme et distribué à la mise bas

Foin de prairie naturelle de la ferme distribué en période de tarissement

- Ration à base de maïs, de bouchons de luzerne déshydratés (lorsque je n'ai plus de foin de luzerne), de tourteau de soja et d'aliment complet (végétal et minéral) pour chèvre Cabraxel 125. Le tout sans OGM

- Minéraux en cure de 3 semaines par mois toute l'année

- Vitamines AD3E 5 fois par an environ ; vitamine plus complètes 2 fois par an autour de la mise bas

- Complément riche en sélénium et autres minéraux, oligo-éléments et vitamines avant la reproduction

- Complément alimentaire apportant de l'énergie autour de la mise bas

- Un hépatodrainant en cure d'une semaine 3 semaines après la mise bas et traitements à base de phytothérapie ou homéopathie à effet hépatodrainant 3 mois après mise bas, avant la reproduction et en préparation à la mise bas

- 2 vermifugations par an avec une famille de vermifuge différente en fonction de la lactation et du résultat de la coproscopie effectuée au tarissement

- Vaccination contre l'entérotoxémie et la pasteurellose au tarissement

- Taille des onglons 2 à 3 fois par an

 

-> Vous trouverez plus d'informations spécifiques dans la rubrique "La lactation"

 

 

  • Difficultés :

 

Dualité chèvres         La principale difficulté réside dans l'association de la forte productivité de lait ainsi que de l'élevage semi-extensif avec la complémentation limitée (ration - par l'AOC Pélardon). En effet, bien souvent les troupeaux à forte productivité ne sortent pas ou peu en extérieur et sont nourrit de manière excessive limitant ainsi la durée de vie des chèvres...

 

Les longues marches en garrigue pentues sont une dépense énergétique conséquente (énergie qui n'est donc pas dédiée à la production de lait), de la même manière que la nourriture que mes chèvres trouvent en extérieur n'est souvent pas très énergétique et d'apports nutritifs inconstant en fonction des saisons, de l'exposition du terrain, de la végétation, etc. Il faut donc estimer en permanence les carences des chèvres (minéraux, oligo-éléments, vitamines, énergie, azote, etc.) afin de les anticiper et les combler au mieux... sans pour autant tomber dans les excès ! Ce qui peut parfois devenir un vrai casse-tête !

 

         Par ailleurs, les bâtiments que je loue ne sont pas du tout adaptés et constituent un véritable problème pour le confort de mes animaux. En effet, l'humidité, l'exposition plein nord (avec un vent du nord qui peut facilement et régulièrement atteindre les 100 km/h), le manque d'ouverture et d'aération, les courants d'air et le fait que la ferme ne soit pas du tout adpatée aux besoins (puisque pour certains bâtiments, il faut sortir le fumier à la main par exemple et j'en passe)... sont une entrave très importante et nécessite une attention permanente de ma part (y compris parfois la nuit où il faut que je me lève pour aller régler les quelques ouvertures plein nord lorsque le temps change, le vent se lève, etc.). Cela constitue des conditions de travail difficiles et épuisantes.

 



http://static.blog4ever.com/2010/06/419814/artfichier_419814_1593867_201212245556721.jpg

 



16/07/2010
9 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 107 autres membres